Rachel Le Baron
Rachel Le Baron

Article du Télégramme publié le samedi 6 décembre 2014

Le collège de Kervihan souhaitait se lancer dans une démarche généralisée de tri sélectif, notamment du papier. La formation des élèves a eu lieu cette semaine.

L’équipe de direction a accueilli Rachel Le Baron et Dominique Le Berre, représentants de la Communauté de communes du Pays fouesnantais (CCPF), afin de poser les bases d’une solide collaboration.

Un « levier » pour réduire l’impact environnemental

La mise en place d’un tri sélectif dans les classes, mais également aux quatre coins du collège, était motivée par des critères éducatifs, écologiques et financiers. « Nous devons absolument être exemplaires pour nos 778 élèves. Nous devons les aider à devenir des éco-citoyens. Nous voulons tous réduire notre impact environnemental. Le recyclage est un levier essentiel pour cela », explique Xavier Pivert, principal adjoint. L’intérêt financier n’a pas échappé aux responsables de l’établissement. « Du fait de la nouvelle politique de la CCPF, seuls les containers "gris" sont facturés ». L’objectif est simplifier et « d’automatiser » la démarche de tri pour les usagers du collège. Des corbeilles jaunes spécifiques vont ainsi être positionnées dans les classes, bureaux, ou encore salles des professeurs. La CCPF est intervenue cette semaine dans l’amphithéâtre pour apporter une information aux élèves par le biais de huit conférences de deux heures par trois ou quatre classes. Un format court d’une heure était programmé pour les agents et personnels administratifs. La collectivité propos également des visites du centre de tri, à Kerambris.

Une pesée des déchets sur deux jours

Ne pas produire de déchets reste l’ambition des responsables du tri sélectif. La CCPF va donc mettre en place une pesée des déchets à la cantine sur deux jours ce mois-ci, juste avant le repas de Noël. « Le souhait, à terme, dans la perspective du réaménagement lourd de la zone de plonge, serait de mettre en place un pré-tri par les élèves. Autre idée également, celle de mettre en place une collecte de bio-déchets car la gestion d’un composteur semble complexe étant donné le volume en cause », poursuit Xavier Pivert. Par ailleurs, le collège s’est lancé dans une politique de recyclage des objets obsolètes avec une évacuation vers des organismes spécialisés des vieux matériels informatiques, vieux mobiliers et archives inutiles.

© Le Télégramme - Le samedi 6 décembre 2014