Article du journal Le Télégramme paru le samedi 13 septembre. Vincent et Simon sont au collège pour présenter leur périple Quimper-Pékin à vélo.

Deux jeunes hommes originaires du Pays fouesnantais prendront aujourd’hui la route de Pékin. Un pari d’autant plus fou que Vincent Helpin et Simon Fournier effectueront ce périple à vélo.

Vincent Helpin et Simon Fournier (notre édition du 22 août) présentaient cette semaine leur projet aux élèves du collège de Kervihan qui les suivront tout au long de leur sinueux parcours en vélo, jusqu’à Pékin. Nul doute qu’une délégation du collège viendra ce matin, devant le conseil général, à Quimper, encourager ces deux anciens élèves du collège public fouesnantais, lors de leur départ.

Un voyage de onze mois environ

Respectivement originaires de Pleuven et Saint-Evarzec, Vincent Helpin, 26 ans, et Simon Fournier, 27 ans, ont en effet tenu à les associer à ce projet qui mêlera sport, rencontres, découvertes, architecture et environnement. Les deux ingénieurs souhaitent essentiellement réaliser une étude sur l’architecture dite « vernaculaire », transmise dans les communautés dans le but de respecter les traditions ancestrales. Le voyage devrait durer onze mois, au bas mot. « Ce sont des vélos sans batterie », clament-ils en coeur. Il leur faudra donc avaler ces 18.000 km à la force du mollet. « Depuis plusieurs mois, nous nous sommes entraînés à rouler ensemble. On a déjà rallié Paris à Berlin et Nantes à Saint-Jean de Luz ».

Par la route de la Soie

Vincent et Simon ont choisi une route sud, autrefois nommée route de la Soie, « notamment pour éviter des contrées peu accueillantes telles que l’Ukraine ou l’Afghanistan ». Ils traverseront 22 pays, iront à la rencontre des autochtones afin de se nourrir de leurs us et coutumes. « Nous avons opté pour l’hébergement chez l’habitant ou à la belle étoile ».

Des aides pour régler les visas

Une conduite également dictée par soucis d’économies. « Au-delà de la Turquie, nous devrons nous acquitter des droits de visas dans chaque pays ». Une contrainte qui représente un petit pactole. Les deux aventuriers ont reçu des aides. Le conseil général du Finistère, au titre du fonds départemental d’aide à l’initiative des jeunes, s’est ainsi fendu d’un chèque de 1.000 € et était présent au collège, en la personne de Françoise Péron, déléguée à la jeunesse.

© Le Télégramme

Egalement dans Côté Quimper. Pour en savoir plus cliquer ici