Les 29 élèves de 5e et 4e de l’option cinéma-audiovisuel sont allés au Festival du court le jeudi 09 novembre au Quartz à Brest. Ils étaient accompagnés par Mme Le Gall-Hémery et M. Hervo.

Pendant le festival européen du court métrage, les élèves ont assisté à :

  • Une séance « mine de rien » (spéciale scolaire/VOST)
  • Une séance compétition française (VOST)
  • Une séance de compétition européenne (films en VOST).
  • La séance sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur d’un des films en compétition.
  • Une visite d’un plateau de tournage d’une fiction

Pour plus d’amples informations, vous pouvez consulter le site suivant :

https://www.filmcourt.fr/edito.html

Il est demandé aux familles de prévoir un repas froid pour le déjeuner du midi.

Le déplacement s’est fait en car avec un départ du collège à 8 h 30 et un retour à 20h30.

Découvrez l’article du journal Ouest-France du vendredi 27 octobre 2017.


Article du journal Le Télégramme du 4 novembre 2017 : Films courts. Petits mais costauds

Placé sous le signe de la jeunesse ce festival du film -  voir en grand cette image
Placé sous le signe de la jeunesse ce festival du film

Le coup d’envoi de la 32e édition du festival européen du film court de Brest sera donné, mardi. Jusqu’à dimanche, le grand public est invité à venir prendre la mesure « de la richesse du cinéma européen », à travers plus de 250 films. Un programme copieux, que viendront compléter un grand nombre de rendez-vous « hors les murs », de rencontres et d’ateliers.

« Placée sous le signe de la jeunesse », cette 32e édition du festival du film court sera, une nouvelle fois, l’occasion de « découvrir des films de qualité, représentant l’Europe », promet Fabienne Wipf, directrice de l’événement. Des films aux propos souvent « fort », « engagé » et « sans nuance », enchérit Arthur Lemasson, chargé de programmation. Au total, plus de 250 films, donc, dont 58 en compétitions officielles, provenant de 34 pays différents.

Les compétitions officielles

Véritable « colonne vertébrale » du festival, la compétition européenne donnera à voir « les meilleures fictions courtes du continent », « quelle que soit leur durée, leur nationalité, leur genre, leur sujet ». Quatorze séances, programmées entre mercredi et samedi, permettront de voir les 37 films en lice dans cette compétition. Mais comme « il n’y a pas que 37 bons films à montrer », comme l’explique Arthur Lemasson, d’autres programmes, en compétition ou non, ont été élaborés. Comme la compétition française, qui ne donnera à voir que des premiers films ou des films d’école, ou la compétition « Ovni », qui rassemble des films radicaux par leur forme et leur propos, « à mi-chemin entre fiction traditionnelle et formes plus audacieuses ».

Les programmes hors compétition

Si le festival du court de Brest est avant tout un festival européen, il ambitionne, aussi, de soutenir la création locale et les jeunes auteurs. Le programme « Made in Breizh » permettra de s’en rendre compte, tandis que le « Brest Off », qui « incarne l’esprit festif » du festival et qui viendra clore chaque soirée de la semaine, proposera plusieurs films, répartis selon les catégories suivantes : « thriller » (avec beaucoup de courts très « tendus » et uniquement filmés en plan séquence), « attaque aux bonnes moeurs », et « inspection du travail », qui portera un regard critique sur le travail tel qu’il se vit en dehors de frontières françaises. Enfin, une sélection « jeune public », composée de cinq programmes pour 3, 5, 7 et 13 ans.

Les ateliers

Premier rendez-vous, aujourd’hui, à partir de 15 h 30, à la médiathèque des Capucins, avec « À vous de jouer ». Au programme, projection de films dans l’auditorium et découverte de l’univers du cinéma par l’intermédiaire de jeux de société originaux et inédits. Le week-end prochain, les ateliers « Phonotrope & confiscope » et « Chantons sous la mousse », permettront de découvrir les secrets de l’animation et d’apprendre à en créer.

Hommage à Gaël Naizet

Cette 32e édition est dédiée au réalisateur brestois Gaël Naizet, récemment disparu. Samedi prochain, le festival lui rendra l’hommage qu’il mérite, en diffusant cinq de ses films, à 22 h.

Rencontres, séances événements, avant-premières, hors les murs…

Cette année, le festival du film court, ce sera aussi : des temps d’échange quotidien, à 17 h 30, avec l’un des membres du jury (dont l’actrice Constance Rousseau, le réalisateur Antonin Peretjatko ou le chanteur du groupe Naive New Beaters, Estéban), des avant-premières, des rencontres tous les midis à la médiathèque des Capucins…

Pratique

De mardi à dimanche, au Quartz, mais aussi à la médiathèque François-Mitterrand, à l’UBO, aux Studios, au Multiplexe. Programme complet sur www.letelegramme.fr ou sur www.filmcourt.fr ; billetterie au Quartz ou sur www.lequartz.com

© Le Télégramme-04-11-2017


Egalement dans le Télégramme du 3/11/2017 :

Brest. Le 32e festival européen du film court sous le signe de la jeunesse

La 32e édition du festival européen du film court se tiendra à Brest du 7 au 12 novembre prochains. Pas moins de 34 pays, dont 28 européens, seront représentés. Outre les 58 films en compétitions officielles, le public sera invité à découvrir de très nombreux programmes hors-compétition, dont le "Brest-Off", le "Made in Breizh", un panorama animation et des films jeune public. Soit, au total, plus de 250 films projetés.

Aussi, plusieurs séances "événements" ou "spéciales", des avants-premières, des ateliers tout public, un hommage au cinéaste brestois Gaël Naizet récemment décédé, et des événements hors les murs (aux Capucins ou à la faculté Victor-Ségalen).

Particularité de cette édition, la place faite aux "YouTubers", présents pour la première fois sur le festival avec les membres de l’Inernet, une chaîne qui comptabilise plus de 20 milloins de vues, et une compilation des meilleurs films projetés dans le cadre du "Mobile film festival", dont le principe est : une minute, un film, un téléphone. A noter, aussi, la présence parmi les membres du jury, du chanteur des Naive New Beaters, Estéban.

Billeterie : au Quartz ou en ligne, sur www.lequartz.com.

© Le Télégramme-03-11-2017