Découvrez cet article du journal Le Télégramme dans son édition du mercredi 3 février 2016.

L’équipe de tournage de Kervihan sur la passerelle de la Panthère

Les élèves de la section audiovisuelle du collège de Kervihan ont trouvé une belle opportunité pour mettre en pratique leurs cours : en effet, dans le cadre du Concours national des villes marraines, les élèves s’attellent à la réalisation d’un documentaire sur les métiers de la Marine.

Dans le cadre du Concours national des villes marraines, la classe d’audiovisuel du collège de Kervihan a été choisie pour représenter la commune en tant que classe partenaire. Au cours de cette année scolaire, l’enseignant Yann Hervo et ses élèves se consacrent donc à la réalisation d’un docu-fiction en relation avec les métiers de la marine, la Défense et la Panthère. Lundi, les 3e 4 étaient à bord du bateau-filleul de la ville de Fouesnant, la Panthère. L’an passé, une classe de CM2 de l’école Notre-Dame d’Espérance avait remporté le concours, en catégorie « Élémentaire ». Il s’agit donc d’un véritable défi qui s’offre à Yann Hervo et ses jeunes cinéastes. Mais les collégiens fouesnantais ont foi en leurs qualités et n’ont pas hésité une seconde à relever le gant. Ils sont épaulés en cela par Joël Chandelier, le correspondant-défense de la commune, qui a fait le lien entre le collège Kervihan et la Panthère.

Documentaire ou fiction ?

Le tournage a débuté au mois d’octobre, lors de la visite du lieutenant de vaisseau Pierre-Alain Hue et de plusieurs membres de son équipage. Le pacha de la Panthère avait alors rappelé aux élèves la mission première de son bateau : « Assurer la formation pratique à la manoeuvre et à la navigation des élèves des différentes écoles d’officiers ou d’officiers-mariniers du Groupe des Écoles du Poulmic et du Centre d’instruction naval de Brest (CIN) ». Pierre-Alain Hue avait également effectué un exposé sur son bâtiment, puis présenté le métier et la Marine nationale. Cette rencontre avait permis aux élèves de capter leurs premières images, et de mesurer la tache qui les attendait. Difficile de réduire la vie à bord en une seule histoire. Mais surtout, quel angle choisir : le documentaire pur ou la fiction ?

Un travail compliqué à Brest

Les collégiens fouesnantais devaient profiter de la mise à quai de la Panthère, en décembre à Concarneau, pour poursuivre leur oeuvre. Ils ont alors été confrontés à un monde qu’ils ne connaissent pas encore, celui du travail et de l’entreprise. Indépendamment de leur volonté, ils ont remisé leurs caméras. Jusqu’à ce lundi, où ils ont repris les prises de vue, mais à Brest, cette fois. Mais que ce fut compliqué ! « Le plan Vigipirate est appliqué, renforçant les règles de sécurité dans les enceintes militaires », explique Joël Chandelier. Il aura donc fallu montrer patte blanche avant de passer la porte Cafarelli, qui marque l’entrée de la base navale de Brest.

Chacun sait ce qu’il doit faire

« Mais nous étions dans les temps pour tourner les séquences scénarisées ces jours derniers en classe ». Dès 9 h, les claps se succèdent. Chacun son rôle : cadreur, preneur de son, script, chacun sait ce qu’il doit faire. Il faut parfois trois à quatre prises pour satisfaire les élèves. Un stress légitime gagne progressivement les ados. Mais les marins les rassurent et les invitent à déjeuner dans leur carré. À table, les langues se délient au contact des élèves officiers. Mais la journée est courte : un dessert, quelques plans supplémentaires et il faut déjà mettre le cap au Sud, sur le collège Kervihan. Prochaine et dernière étape de tournage jeudi 25 février au CIN de Brest.

© Le Télégramme du mercredi 3 février 2016