Pour la 7e année consécutive, la Ville organise ses « Journées prévention » à destination des élèves de 3e de Saint-Joseph et Kervihan, et des 2de de Bréhoulou. Ainsi, durant deux jours, la semaine prochaine, près de 400 jeunes participeront à des ateliers de sensibilisation, notamment au harcèlement scolaire.

Le Télégramme-25 mars 2016

L’objectif majeur des « Journées prévention » est de transmettre aux jeunes des notions de respect des autres et de soi, les valeurs du vivre ensemble en société mais aussi de leur donner des clés pour alerter ou se faire aider.

Préalablement à ces journées, les animateurs du Pôle enfance-jeunesse se rendront dans les classes de troisième à Kervihan et Saint-Jospeh et de seconde à Bréhoulou, afin d’établir un premier contact et de présenter les thématiques. Il s’agira de proposer, lors de ces deux jours, une approche basée sur la réflexion et les échanges, différente des habituelles rencontres auxquelles les jeunes peuvent être habitués et de favoriser leur expression par la parole. Les ateliers doivent leur permettre de s’exprimer et d’échanger, de rompre le sentiment d’isolement parfois ressenti par certains, d’accorder de l’importance à leur vécu.

« La prise de conscience doit émerger »

Le premier atelier, animé par Margaux Chapel, psychologue, et Claude Rocuet, directeur du Pôle enfance-jeunesse et moteur de ces Journées prévention, aura pour thème le harcèlement scolaire. « Souvent difficile à déceler, il existe sous des formes très variées et concerne chacun d’entre nous. Après la proposition d’une définition, des jeux de réflexion et d’action, des échanges-débats, des pistes d’actions seront proposées aux jeunes participants pour prévenir et agir sur le harcèlement scolaire  ».

Le deuxième atelier, proposé par les animateurs Alban Huitric et Thomas Bourghis, sera basé sur la participation de tous, sans compétition. Histoire pour chacun de s’initier à l’entraide, à l’acceptation des autres mais aussi de soi, à travers des jeux de rôles. Les ateliers auront lieu jeudi et vendredi, à l’Archipel, hors du cadre scolaire. « Au coeur des ateliers, il sera primordial de donner les ressources et éléments nécessaires pour pallier les risques et dangers des situations qui seront exposées aux élèves. Là encore, la prise de conscience doit émerger durant les échanges entre jeunes et professionnels », indique Claude Rocuet.

© Le Télégramme