Découvrez cet article du journal Le Télégramme du lundi 9 octobre 2017. Titouan, Emma et Victor, tous trois champions de France ont été fêtés par le centre nautique du Cap Coz. Ils sont sont passés par la section sportive du collège Kervihan avec Mme Jouanjan. Bravo à eux !

Le Centre nautique de Fouesnant Cornouaille (CNFC) célébrait samedi ses jeunes champions. Multi-titrés sur le plan national, voire mondial, Emma Le Clech, Victor Le Pape et Titouan Le Bosq sont revenus à leurs premières amours, le temps d’une soirée, au Cap-Coz.

Le fait est assez rare pour être souligné. Le Centre nautique de Fouesnant Cornouaille compte trois champions de France en une semaine : ça n’arrive pas tous les jours. Et à Brest, s’il vous plaît. Alain Treussier, le président du CNFC, avait convié samedi Emma Le Clech, Victor Le Pape et Titouan Le Bosq, leurs entraîneurs et son prédécesseur, Gilles Guilloux, aujourd’hui président du Comité départemental de voile (CDV 29), pour relater les exploits des jeunes fouesnantais. En planche à voile ou en équipage, tous trois ont su se surpasser pour collecter des médailles. Pour autant, la route fut plus ou moins longue.

Des champions modestes

Emma Le Clech, la véliplanchiste, la joue modeste et évoque les nouvelles formules de course qui remettent tout à plat pour les dernières régates. « Le niveau était homogène, nous étions seulement onze sur le plan d’eau. Seules les huit meilleures étaient qualifiées pour les demies et la finale. Malheureusement, cinq filles se sont trompées de procédure. Nous n’étions plus que trois à courir, et j’ai gagné ». Titouan Le Bosq a déjà deux titres de champion de France à son actif. Il évolue aujourd’hui chez les adultes après avoir trusté les podiums internationaux en catégories jeunes.
Jusqu’à devenir champion du monde et grand espoir de la discipline pour les futures échéances internationales. « Je n’avais pas prévu de courir à Brest. Maintenant, je navigue avec les seniors. Mais à Brest, c’était ouvert aux U21, je pouvais donc participer. C’était une bonne préparation pour les championnats du monde de planche, au Japon ».

Objectif JO 2024

Victor Le Pape est sur la même longueur d’onde que son camarade. « Une semaine avant la compétition, je travaillais encore au Cap-Coz, comme moniteur. Je n’ose même pas parler de l’état du bateau ». Son entraîneur de toujours, Raphaël Bin, le recadre bien vite. « C’est vrai, tu es malheureux ». Mais Victor Le Pape sait se remettre en course. « Au départ, on ne savait pas vraiment où on allait. Mais au fil de la compétition, on s’est pris au jeu. De toute façon, on n’avait rien à perdre et on a été sur le podium tout au long de la semaine. Cette nouvelle formule provoque des sentiments extraordinaires. Il n’y a pas besoin de calculer les points, tu gagnes quand tu passes la ligne en tête ». D’autres coureurs fouesnantais, tel Elliot Le Dem, s’en mordent encore les doigts. Mais c’est Gilles Guilloux qui en parle le mieux. « Rappelez-vous, en 2024, il y a un truc. Alors, si vous passez par là… ».

Légende de la photographie : Titouan Le Bosq, Emma Le Clech et Victor Le Pape font la fierté du Centre nautique.

© Le Télégramme - 09-10-2017